Le massage en oncologie

février 16th, 2012

 

Les massages en oncologie :

Une expérience namuroise

Par Isabelle Daniel, massothérapeute

Clinique Sainte-Elisabeth de Namur

———————-

 « Si l’essentiel de la prise en charge d’un cancer

Reste la qualité du traitement,

Il est tout aussi important que, pendant leur maladie,

Les patients puissent

Se sentir bien dans leur corps et dans leur esprit. »

 

  INTRODUCTION

Le massage  est  un  art  qui  remonte  à  la  nuit  des temps,  ses effets  relaxants,  stimulants  et thérapeutiques étaient déjà connus dès l’Antiquité, notamment en Inde, en Chine et en Egypte où le massage était un complément indispensable du bain.

En  Occident,  il  fut  largement  pratiqué  par  les  Grecs  et  les  Romains,  puis  transmis  par  les rebouteux avant d’être enseigné officiellement.

Le mot masser vient de l’arabe « mass » et signifie toucher. Se faire masser c’est donc se faire toucher tant dans une dimension physiologique que psychologique. L’institut de recherche sur le toucher, créé aux Etats-Unis par Tiffany Field en1992, aréussi à prouver que la thérapie par massage avait de nombreux effets chez les patients : augmentation de l’attention, diminution des  symptômes  dépressifs,  réduction  de  la  douleur,  diminution  des  hormones  de  stress  et amélioration des fonctions immunitaires.

Le terme massothérapie englobe un ensemble de techniques de massage qui, malgré leurs différences de philosophie et de manipulations, partagent un certain nombre de principes et de méthodes ayant pour objectif de favoriser la détente (musculaire et nerveuse), la circulation sanguine et lymphatique, l’assimilation et la digestion des aliments, l’élimination des toxines, le fonctionnement des organes vitaux et l’éveil à une conscience psychocorporelle.

LES BIENFAITS DU MASSAGE

  • Le toucher est une nécessité vitale au même titre que se nourrir, respirer, boire ou dormir. Pratiqué régulièrement, le massage développe la conscience du corps et de l’esprit. Le sens du toucher et du plaisir sera retrouvé, c’est la voie royale pour prendre en main notre santé, optimiser notre bien-être et retrouver notre sourire intérieur.
  • Le massage fortifie le système immunitaire
  • Le massage peut nous aider à diminuer le stress en favorisant la relaxation profonde et le lâcher prise.
    Plus qu’un moment de détente, le massage contribue à réduire le stress, à prévenir la maladie et à améliorer l’état de santé. 
  • Le massage est un moyen naturel de relaxation et de stimulation pour le corps, l’âme et l’esprit.
  •  Le ou la massothérapeute parle un autre langage avec le patient, celui du toucher ; il ou elle lui donne ainsi une expérience positive de son corps malade.
  • Le  toucher  thérapeutique  peut  alléger  le  stress  et  aide  à  intégrer  des  émotions  en donnant un sens d’identité à travers la peau.
  • Diminution de l’humeur dépressive, réduction de l’anxiété, moins de douleurs.
  • Augmentation  des  cellules  tueuses  naturelles  et  de  lymphocytes  prouvée  par  une analyse sanguine.
  •  Diminution de l’œdème et de la raideur musculaire aux mains et aux bras avec meilleure mobilité et diminution des picotements
  • Effet bénéfique sur les émotions, sur le corps et l’humeur.

MASSAGE ET CANCER

Différentes études ont été réalisées afin de comprendre réellement l’impact du massage et du toucher chez les individus atteints du cancer. 

  • Post-White et al. (2009) ont dirigé une recherche où 17 enfants cancéreux recevaient durant huit semaines des massages à raison d’une semaine sur deux, en alternance avec des périodes sans traitement.  Un  des  parents  de  chaque  enfant  bénéficiait  également  de  séances  de massages car les chercheurs voulaient également voir s’il y avait un lien entre l’anxiété des parents et les symptômes physiques de l’enfant malade. Les différentes variables mesurées étaient récoltées 15 minutes après chaque traitement. 
  • Les résultats montrent que les fréquences cardiaque et respiratoire sont moins rapides et qu’il existe une diminution de l’anxiété et du stress tant chez les enfants que chez les adultes.  
  •  Ces  résultats  sont  les  mêmes  que  ceux  trouvés  par  Field  alors  qu’ils  avaient  introduit  des massages de 15 minutes chez des enfants atteints de leucémie.
  • D’autres  études  ont  montré  que  les  massages  entraînaient  

une  majoration  des  taux :

de dopamine (rôle sur le comportement, la cognition, les fonctions motrices, la motivation, les récompenses, le sommeil et la mémorisation),

de sérotonine (rôle dans la thermorégulation, les comportements  alimentaires  et  sexuels,  le  cycle  veille-sommeil,  la  douleur,  l’anxiété  et  le contrôle moteur),

d’ocytocine (rôle dans les relations sociales et permet de rentrer en contact avec l’autre, de lui faire confiance et d’être calme)

et une diminution du taux de cortisol.

  •  Une étude, d’une grande envergure, s’est déroulée au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center de New York sur une période de trois ans, auprès de 1 290 patients. 

Ceux-ci devaient évaluer leurs douleurs et malaises selon une échelle prédéfinie: Les patients devaient noter la sévérité des symptômes avant et après massage en utilisant une échelle de 0-10 d’évaluation de la douleur, la fatigue, stress/anxiété, nausée, dépression et autre. 

« Les changements des pointages des symptômes et les effets les modifications du statut du patient (interne/externe) et le type de massage ont été analysés.  

Résultats:

  • Les patients cancéreux ayant reçu des massages ont rapporté une réduction de presque 50% de leurs douleurs et malaises.
  • Les auteurs de l’étude ont été étonnés d’observer que le soulagement de la fatigue, de la nausée, de l’anxiété et d’autres malaises par les patients atteints de cancer a persisté pendant 48 heures suivant le massage.
  • Les patients traités en clinique privée ont noté un plus grand apaisement de leurs douleurs que ceux traités à l’hôpital. Les chercheurs croient que l’environnement de la clinique externe est probablement plus favorable à la relaxation et aux plus longues sessions du massage que celui de l’hôpital. 
  • Aux  Etats-Unis,  on  estime  qu’approximativement  20%  des  patients  cancéreux  emploient  le  massage  en  parallèle  à  leur  traitement  médical.
    Les auteurs encouragent les personnes souffrant du cancer d’utiliser les services du massage, mais ils indiquent qu’il est préférable de faire appel à un thérapeute spécialisé avec des clients souffrant du cancer.
    Selon eux, celui-ci 
    pourra  mieux  adapter  la  technique  du  massage  aux  besoins  spécifiques  des  patients.  Ces données  indiquent  que  la  massothérapie  est  associée  à  l’amélioration  substantielle  des symptômes des patients atteints de cancer.

SOINS  DE  MASSAGE  DANS  LE  SERVICE  D’ONCOLOGIE –  RADIOTHERAPIE  DE  LA  CLINIQUE SAINTE-ELISABETH A NAMUR 

Préambule

  • Ce projet massage s’inscrit dans l’offre de soins de l’Espace bien-être à côté des soins esthétiques et de la sophrologie
  • Les  patients  sont  informés  de  l’existence  de ces massages  par  des  feuillets, par  les coordinatrices de soins oncologiques, par les infirmières ou par les médecins
  • Les massages font l’objet d’une prescription médicale
  • Les patients peuvent bénéficier de ces soins jusqu’à 3 mois après la fin des traitements aigus
  •  L’équipe  de  massothérapeutes  a  bénéficié  avant  la  mise  en  route  du  projet  d’une formation à la gestion des émotions face aux patients et un suivi régulier par une onco-psychologue est assuré.
  • Les  patients  fréquentant  l’Espace  Bien-être  souvent  en  dehors  de  leurs  traitements médicaux, cet Espace est proche mais situé à l’extérieur de la clinique avec facilités de parking.

Comment procède-t-on ?

  • S’informer  auprès  du  patient  et  de  l’équipe  médicale :  type  de  cancer,  endroit, symptômes…
  • Ajuster le massage au cancer : si massage local ou général par exemple
  • Ajuster le massage au traitement du cancer et aux effets secondaires du traitement prédominant chez le patient
  • Considérer  la  résistance  du  patient  et  s’ajuster :  vitesse  réduite,  durée  du  massage réduite, pression plus douce…
  • Informer le patient qu’il peut se mettre en sous-vêtements ou garder ses vêtements, qu’il est recouvert d’un essuie chaud tout au long du massage et seule la partie massée est découverte, massage avec ou sans huile sur la peau ou les vêtements. Massage couché ou assis sur chaise ergonomique. Massage à l’aide d’huile végétale biologique. Massage du corps complet ou d’une partie en fonction des souhaits et dires du patient.
  • Il est important que le patient se sente à l’aise et le massothérapeute insiste fort lors des premières séances pour que le patient ose dire s’il y a le moindre problème pendant le massage : trop chaud, froid, douleur, la musique qui dérange, pression trop forte ou pas assez et le massothérapeute s’adapte. En effet, c’est un moment pour lui, il faut donc qu’il se passe au mieux.
  • Chaque patient est invité à remplir de fiche d’évaluation afin de se rendre compte des prouvent bienfaits  du  massage  durant  le  traitement  et  après  le  traitement….ces  fiches  nous encore que le massage n’est pas un luxe dans le milieu hospitalier et qu’il permet aux  patients de vivre un moment agréable durant les traitements lourds.
  • Retour régulier d’information vers l’équipe multidisciplinaire de prise en charge des patients

CONCLUSIONS

Bien sûr le massage n’est pas la clef de tous les problèmes, mais c’est une petite goutte dans l’océan du mieux être. 

Le but de ce projet au bénéfice des patients oncologiques dela Clinique Sainte-Elisabethétait bien sûr d’offrir un moment de détente aux patients et aussi de leur faire prendre conscience de l’importance de prendre du temps pour soi, avec la vie d’aujourd’hui et son rythme effréné, il faut trouver des moyens pour diminuer le stress. Il est prouvé que celui-ci est un facteur important dans le développement des maladies…

Nous remercions les patients pour tous ces moments d’échange et de partage.

Cette expérience namuroise de massage en oncologie, relaté par Isabelle Daniel, massothérapeute, fût diffusée à l’occasion de la « Journée d’information organisée par la fondation contre le cancer : médecines non conventionnelles et cancer ».  Le compte-rendu de l’ensemble des interventions a été publié sur le site www.cancer.be

 

Partagez cet article !

    Comments are closed.